Le Traité transatlantique (TTIP) en débat
Une étude Aristoclès

Comments (0) À LA UNE

TTIP : vers la plus grande zone de libre-échange au monde

Les négociations relatives au Traité transatlantique, également connu sous l’acronyme TTIP (Transatlantic Trade and Investment Parnership), engagées depuis 2013 dans le sillon de la signature de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, ouvrent un nouveau chapitre important de l’histoire de la mondialisation.
Dans le prolongement du cadre de mondialisation commerciale mis en œuvre avec la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), c’est maintenant aux barrières non-tarifaires que le TTIP apportera des règles d’harmonisation, à l’image des autres traités régionaux en cours de ratification. Celui-ci est d’importance : la signature du traité entre l’Europe et les Etats-Unis, attendue d’ici quelques mois, pourrait créer la plus vaste zone de libre échange au monde : 12% de la population mondiale, 45% du PIB de la planète et des retombées pour l’économie européenne estimées à 120 milliards d’euros. Ce chiffre donne une idée des changements à venir au cœur de l’économie française, notamment au regard des règles de concurrence en vigueur au sein du tissu des PME.
Avec le Traité transatlantique, un « super espace économique libéralisé » est en gestation, dont les effets sont analysés dans notre étude à paraître. Celle-ci permettra de faire l’état des lieux des négociations en inscrivant les débats dans le temps long des négociations de libre-échange entreprises après 1945. Elle évoquera également les nouveaux marchés et nouvelles pratiques qui s’engagent, notamment pour le tissus des PME français, les équilibres des territoires et ceux des professions réglementées – et notamment les professions réglementées du droit.

Commentaires clos.